Aprés avoir questionner la majorité des entrepreneurs dans le cadre de nos prospections, nous avons noté 9 Freins et blocages

Une masse des entrepreneurs marocains confrontent des blocages pour se lancer dans le marketing digital, cela est dû à une panoplie de facteurs qu’on énumère ainsi :

  1. La phobie du digital : cette phobie provient de la peur d’utiliser les nouveaux médias et le numérique pour des stratégies de marketing. La cause de celle est due à un manque de connaissances et / ou un manque de volonté de s’informer sur ces nouvelles solutions média innovantes.

Aussi, les entrepreneurs et commerçants ayant eu de longs périodes de réussite et gains dans la communication et la distribution classique, n’arrivent pas à croire aux opérations et actions virtuels.

  • Ne pas avoir une équipe de management digitale prête : Les entrepreneurs marocains n’ont, ni une équipe dédiée ni une équipe virtuelle pour accompagner tout le travail qui devra être  fait à l’avenir.

Même avec une conscience aussi accrue que la digitalisation est indispensable, la majorité des entrepreneurs et PME n’arrivent pas à investir en recrutant les compétences nécessaires, ils donnent cette mission aux anciens collaborateurs en croyant que c’est de l’optimisation.

  • L’équipe de management n’est pas passionnée : En absence de l’expertise dans un domaine quel que soit, la passion qui provoque les symptômes de la réussite. Néanmoins, nos entrepreneurs n’ont pas cette équipe qui garantit la productivité et l’engagement tout étant passionnés et enthousiastes de passer aux actions de transition digitale précédés par une vrais stratégie.
  •  L’équipe de management a peur de perdre le contrôle : L’une des craintes les plus répandues au sein des équipes de management est celle de perdre le contrôle. En effets, pour les entrepreneurs, c’est plus maitrisable d’utiliser le bon sens, le jugement par le concret et le retour d’expérience pour gérer l’activité, traiter avec le conseil d’administration,  les  clients, les partenaires et les équipes. Donc, c’est par manque de confiance, incapacité et manque de compétences, le management a toujours peur de perdre contrôle dans ce qui est virtuel.
  •  La transformation digitale n’est pas au cœur de la stratégie d’entreprise : Construire une stratégie de transformation digitale nécessite une expérience et une compréhension approfondie de votre entreprise. Une stratégie ne convient pas à tous. Elle doit être adaptée à vos moteurs commerciaux et à vos relations avec les fournisseurs ainsi que la nature de votre secteur d’activité. Ce qui n’est pas le cas pour nos entrepreneurs, ils commencent par des tactiques digitales utilisés par d’autres personnes et par cela n’arrivent en aucun cas de lancer des actions en cohérence avec la stratégie de l’entreprise.
  • La transformation digitale est un vœu accessoire : L’erreur flagrante commise par la majorité des entrepreneurs, c’est que la transformation digitale n’est qu’un vœu accessoire, et le fait de passer à l’action, est une étape délicate car il s’agit d’un changement de culture et de mode de fonctionnement pour améliorer considérablement les performances.

Le manque de visibilité sur les résultats et l’anarchie des acteurs digitaux sur le marché qui ne rassure pas fait que les entrepreneurs restent dans l’envie de faire sans le faire réellement.

  • On compte sur le prestataire pour remplir le cahier de charge :  Par manque de compétences, de visibilité, et de méthodes, on trouve que les prestataires qui établissent le cahier des charges à la place des clients. Il y a une réelle confusion entre le rôle du conseil à assurer par l’agence digitale et la définition du besoin à établir par le client dans un cahier des charges.

Afin d’éviter tout décalage entre le besoin, les objectifs et les résultats pour toute entreprise ou entrepreneur, il est indispensable que  le client soit apte à répertorier les exigences liées à son activité.

Le prestataire peut contribuer à cette tâche à travers la réponse directe aux besoins et attentes en intégrant ses recommandations.

  • Pas d’objectifs stratégiques affectés au projet de transition digitale :

Vu que la transition digitale est devenue, ces derniers mois, un must pour sauver les ventes, nous constatons beaucoup de précipitations et lancement des tactiques non étudiées pour voir des résultats immédiats. Ce qui engendre un autre handicap pour les entrepreneurs qui n’arrivent pas à mettre en place des objectifs stratégiques pour assurer une transition digitale et relever le défi permettant d’appliquer de nouveaux modèles commerciaux.

  • Pas de rigueur dans le respect des délais de déploiement :

Après le passage à l’action et du lancement des opérations digitales, d’autres freins surgissent et principalement : Manque de rigueur dans le respect des délais de déploiement, non-application des actions qui reviennent aux entrepreneurs, manque de transparence sur le retour d’investissement des actions lancées pour ajuster et optimiser les publicités.

Besoin de passer à l’action et dépasser ces freins et blocages : Contactez-nous : 06 06 21 21 22 ou Contact@picads.ma

Ces difficultés peuvent entraver les entrepreneurs marocains à se heurter à des difficultés et créent une sorte de blocage qui les empêche à se lancer dans le marketing digital.

Abonnez-vous à notre newsletter!